Innovation : Innovation en situation de crise

Tourism HR
  • Planification
  • Strategy

Garantir l’innovation en pleine crise

Quelle que soit la situation économique, il y a toujours des entreprises qui prospèrent en période difficile. Ce sont principalement les entreprises qui offrent plus de valeur pour moins d’investissements et moins de frictions. L’innovation perturbatrice commence généralement au bas de l’échelle des marchés, de sorte que les PME, bien qu’elles manquent les ressources des grandes multinationales, sont bien positionnées pendant les périodes difficiles et disposent d’une plus grande souplesse intrinsèque. Il est beaucoup plus facile pour les PME de gagner des marchés, car tant les consommateurs que les entreprises recherchent activement des moyens de répondre à leurs besoins avec des solutions nouvelles et plus abordables.

L’innovation ne doit pas nécessairement impliquer des innovations technologiques coûteuses. Bien au contraire, car elle peut très souvent signifier simplement faire plus avec moins. N’oubliez pas que la flexibilité est un atout puissant en situation de crise!

Garantir l’innovation en pleine crise – Offrir plus pour moins

L’innovation peut prendre de nombreuses formes, mais au niveau le plus élémentaire, elle consiste à offrir plus pour moins cher. Il existe de nombreux moyens de réduire les coûts, qui ont du sens à court et à long terme. Cette matrice peut vous aider à définir les types de réduction des coûts les mieux adaptés ou les plus pratiques pour votre entreprise.

Les gains rapides peuvent servir de première réponse ou de solution à court terme (ou bandaid) pour votre entreprise. Ce sont des domaines où vous pouvez voir des résultats immédiatement. Il s’agit généralement de domaines dont chacun sait qu’ils sont coûteux et ne donnent pas vraiment de résultats, mais qui ont été maintenus comme un statu quo.

Les frivolités sont des coûts tout simplement inutiles, ou des dépenses « agréables à faire »  qui ne sont pas prioritaires et dont on peut se passer en période d’abondance. Individuellement, ce ne sont pas des coûts évidents, mais cumulativement, ils peuvent avoir un impact financier important. Les frivolités peuvent aller de voyages inutiles de cadres à un assortiment extravagant de collations, ou à des événements d’entreprise trop coûteux.

Bien que la restructuration soit toujours douloureuse, plus tôt vous la ferez, mieux votre entreprise s’en portera généralement. Même si ce n’est pas le meilleur moment pour vendre des actifs, la cession ou la suppression de produits ou services moins rentables dans votre chaîne de valeur pourrait être bénéfique, car cela permettrait à la fois d’économiser du capital à l’avenir et d’augmenter immédiatement les réserves de trésorerie.

Les améliorations de la productivité vous aident à faire plus avec moins, ce qui signifie qu’elles devraient évidemment être au cœur de tout programme de réduction des coûts. L’amélioration de la productivité peut prendre du temps, ce qui signifie qu’en situation de crise, vous devrez peut-être prendre d’autres mesures pour augmenter vos réserves de liquidités à court terme. Toutefois, les avantages des améliorations de la productivité ne se limitent pas à l’impact à court terme sur le résultat net. Leurs effets à plus long terme peuvent même devenir un avantage concurrentiel évident pour l’entreprise à l’avenir. Dans la crise actuelle, l’industrie du voyage et du tourisme devra penser à long terme tout en s’attaquant aux impératifs de la crise à court terme.

Garantir la continuité de l’innovation après une crise

L’impact économique de la pandémie a obligé les entreprises de voyage et de tourisme à transformer leurs modèles d’entreprise du jour au lendemain pour tenter de se maintenir à flot dans un contexte d’effondrement économique, qu’il s’agisse de se recentrer sur le tourisme intérieur ou d’offrir leurs expériences emblématiques tout en permettant à leurs utilisateurs de garder une distanciation sociale. La nécessité oblige les entreprises à innover. Cependant, attendre pour simplement réagir à une crise n’est pas une stratégie d’innovation viable en soi. L’innovation en temps de crise peut être déclenchée de plusieurs façons :

  1. 1.Contester les orthodoxies : Les orthodoxies sont des hypothèses qui se sont avérées vraies à un certain moment, mais qui ne sont pas révisées ou remises en question lorsque les réalités changent – cela peut être fatal dans une situation de crise cependant la remise en question des orthodoxies peut entraîner une innovation qui change le paradigme, même dans des circonstances normales. Inversement, le fait de ne pas tenir compte des orthodoxies expose les entreprises à des risques de perturbation. Posez-vous régulièrement la question suivante : « Quelles sont les orthodoxies qui pourraient limiter les possibilités de croissance ou mettre mon entreprise en danger?» 
  2. 1.Accepter les contraintes : les contraintes sont bénéfiques et peuvent accélérer l’innovation plutôt que l’entraver. De nombreuses entreprises sont aujourd’hui confrontées à des contraintes extrêmes, qui nécessitent des changements importants dans leurs activités. Dans des circonstances normales, les entreprises devraient se forcer à envisager des scénarios qui pourraient à première vue sembler extrêmes ou peu probables. Réfléchissez à la manière dont votre entreprise devrait fonctionner dans des moyens ou des circonstances différents pour générer des innovations auxquelles elle n’aurait peut-être pas pensé auparavant.
  3. Agir vite, perfectionner plus tard : les cas de nécessité ont des circonstances uniques, bien sûr. Une crise change l’option de la meilleure solution de rechange.
  4. Ravir les clients grâce à l’innovation en matière de réduction de coûts (costovation) : Costovation est une innovation qui permet de réduire les coûts tout en dépassant les attentes des clients. Certains gains rapides, tels que les visites virtuelles, ont déjà fait l’objet de pionniers dans l’industrie du voyage et du tourisme.
  5. Élargir la collaboration entre les parties prenantes : la collaboration est un avantage concurrentiel essentiel, en particulier dans le secteur des voyages et du tourisme. À mesure que les chaînes de valeur sont perturbées, que les talents changent et que le rythme de l’innovation technologique s’accélère, la collaboration avec les parties prenantes est de plus en plus essentielle. Les changements de personnel se produisent à deux extrêmes : des entreprises comme Domino’s, qui fournissent des services adaptés au confinement, cherchent à embaucher 10 000 personnes supplémentaires pour répondre à la demande, tandis que les compagnies aériennes et les grandes chaînes hôtelières licencient une grande partie de leur personnel. En Chine, un groupe de plus de 40 hôtels, restaurants et chaînes de cinéma qui ont tous subi un coup dur sur le plan économique partage une grande partie de leur personnel avec Hema, une chaîne de supermarchés appartenant à Alibaba, qui a besoin d’aide pour répondre à la demande de livraisons. Prenez contact avec les opérateurs touristiques de votre propre communauté pour voir s’il existe des possibilités de créer une alliance stratégique ; il pourrait s’agir de partager le personnel ou d’acheter des fournitures ensemble.
  6. Favoriser la fidélité des consommateurs : il est toujours essentiel de garder les clients à proximité, mais c’est particulièrement vrai lorsque les concurrents offrent la commodité, que la sécurité de l’emploi est faible et que les consommateurs sont sensibles aux coûts. La fidélisation de la communauté locale est une première étape essentielle, tout en maintenant l’intérêt des voyageurs grâce à des plateformes en ligne et à un marketing innovant et évocateur.
  7. S’adapter aux nouvelles habitudes de consommation : il est difficile de rester à deux mètres des autres personnes dans un supermarché bondé, mais les grandes chaînes et les PME proposent des livraisons en bordure de trottoir et des options d’achat en ligne, et d’innombrables autres entreprises investissent dans la livraison ou commencent à le faire. Ce sont là des considérations majeures pour les entreprises de voyage et de tourisme qui ont traditionnellement une forte fréquentation, comme les entreprises de restauration, d’hôtellerie, de transport et certains voyagistes.
  8. Repenser l’expérience du voyageur : le concept même de l’expérience client est en train de changer radicalement. Ce n’est pas une mince affaire pour les restaurants, les hôtels et autres entreprises axées sur l’expérience de repenser complètement la prestation de services. Des solutions créatives permettront de différencier les entreprises résilientes en ces temps de turbulences. En voici quelques exemples : des restaurants proposant des cours de cuisine en fonction de leurs menus, des auberges proposant des safaris virtuels et des entreprises autochtones proposant des expériences spirituellement apaisantes pour la population locale. Même le concept presque disparu du cinéma en plein air fait son retour en raison des exigences de distanciation sociale.
View Article Sources