EPI

Tourism HR
  • Planification
  • Workforce

En tant qu’industrie où les contacts personnels sont indispensables et souvent inévitables, le secteur du tourisme doit examiner attentivement le type d’atténuation des risques qui pourrait être nécessaire afin de protéger le plus possible le personnel et les clients d’une éventuelle infection par la COVID-19. 

La COVID-19 se transmet d’une personne à l’autre, le plus souvent par des gouttelettes respiratoires, qui peuvent être générées par la toux, les éternuements, le rire ou la parole lors d’interactions rapprochées. Les personnes les plus exposées sont donc les membres du personnel qui ont des interactions rapprochées avec des clients ou d’autres employés pendant leur quart de travail, en particulier lorsque ces interactions sont prolongées (plus de 15 minutes) et qui peuvent travailler dans des zones à forte densité de personnes ou dans des espaces intérieurs confinés.

Cela signifie qu’il sera souvent approprié pour les travailleurs des services de première ligne de porter des couvre-visages, lorsque l’épidémiologie locale et le taux de transmission communautaire le justifient. Les masques non médicaux (NMM) sont recommandés lorsqu’il n’est pas possible de maintenir une distanciation physique constante de deux mètres par rapport aux autres, en particulier dans les lieux très fréquentés. Il est essentiel qu’ils soient bien ajustés et portés correctement.

Il est évident que vous devrez prévoir un budget pour couvrir le coût de l’approvisionnement de ce type d’équipement de protection. Renseignez-vous auprès de votre OMD local pour savoir si des fonds sont disponibles localement pour aider à couvrir les frais d’achat de masques et autres EPI. Par exemple, le RTO7, qui couvre la région du nord de Toronto, dispose d’un fonds permettant de rembourser jusqu’à concurrence de 1 000 $ des coûts d’achat d’EPI, de conformité à la distanciation sociale ou à l’augmentation du nettoyage. 

View Article Sources